Nouvelles

La 5e édition du colloque international sur le tourisme dans le monde arabe: Changer l’image perçue et vécue en une image voulue

Le département de Géographie de l’Université de Sousse et le laboratoire de recherche « Gouvernance et développement territorial » de l’Université de Tunis organisent la 5e édition du colloque international sur « le tourisme dans le monde arabe », du 31 octobre au 2 novembre 2022 à Sousse, avec le concours du ministère tunisien du Tourisme et en collaboration avec l’Association des Géographes Tunisiens, la Chaire Unesco de l’Université de Strasbourg, le Programme de recherche sur le tourisme dans le monde arabe (Preta), le Groupe de recherche et d’intervention tourisme territoire et société (Gritts) , l’ESG Uqam (Montréal, Canada), le Centre mondial d’excellence des destinations (CED) et le Programme PHC Maghreb.

Ce colloque rassemblera des professionnels et des chercheurs de diverses disciplines s’intéressant à la gouvernance, la communication et le développement des territoires touristiques. Dans une perspective comparative et interdisciplinaire, il a pour objectif de s’interroger sur la gouvernance et la mise en tourisme des territoires, ainsi que sur les différentes méthodes de création de l’image des destinations, des villes et des territoires touristiques dans le monde arabe.

Les risques sécuritaires (attentats terroristes, printemps arabe) et sanitaires, don’t notamment Sars, Mers et covid-19, ont déstabilisé les destinations touristiques arabes, surtout celles qui ne disposaient pas d’une forte image touristique. A cet effet, la multiplication de ce type d’évènement depuis près de 20 ans a montré que les destinations de la région Mena sont assez vulnérables. Si l’expérience passée a montré qu’une forte reprise de la demande avait lieu rapidement après des crises (car souvent localisées), la pandémie actuelle pousse à une plus grande prudence.

La région Mena est, paradoxalement, considérée comme un lieu d’attractivité et de bouleversements en même temps. Quelques pays ont émergé et s’imposent comme des destinations internationales (Dubaï, Qatar), tandis que d’autres ont été secoués par l’instabilité politique ou les attaques terroristes, tels que la Tunisie et l’Egypte. Pendant que certaines destinations essayent de se maintenir sur la scène touristique (Maroc), d’autres se préoccupent davantage de leur survie, surtout celles qui ont perdu un héritage patrimonial important qui représente leur capital d’image (Irak, Syrie).

Dans ce contexte d’instabilité, la situation du tourisme tunisien, qui a subi de plein fouet les conséquences d’une crise structurelle et conjoncturelle, ainsi que  les nouvelles perspectives du tourisme mondial de l’après-covid-19  seront débattues dans ce colloque.

Concurrence acharnée

Aujourd’hui, on assiste à une défaillance d’image de la destination Tunisie en tant que « destination du tourisme balnéaire de masse », face à une demande touristique en perpétuelle évolution et à une concurrence acharnée. C’est une invitation non seulement à revoir l’image des destinations connues, mais aussi à développer la communication de nouveaux territoires touristiques.

Les changements dans la manière de passer ses vacances ont fait que les zones de tourisme de masse sont en crise. Elles subissent les effets de fin du cycle de vie touristique (Butler, 1980) liés à la standardisation de l’offre touristique issue des Trente Glorieuses. Cette situation est en rapport avec le changement du contexte mondial et l’entrée dans une nouvelle révolution du tourisme (Violier, 2009) marquée par la mondialisation et la segmentation de la demande en rapport avec l’utilisation de la communication via internet / la toile. Il s’agit aussi d’une nouvelle ère manifestée par une concurrence touristique accrue et, par conséquent, par une invention de nouveaux lieux et de nouvelles pratiques. Cela implique également un regard renouvelé sur les acteurs en grande partie non touristiques : habitants, associations….

Quel travail doit être effectué sur l’imaginaire territorial pour inventer de nouveaux territoires touristiques conformes aux attentes des consommateurs ? L’invention touristique de lieux « ordinaires » accompagne-t-elle ou précède-t-elle leur mise en patrimoine (matériel et/ou immatériel) ?

La Tunisie, pays à fort potentiel patrimonial, dispose d’un héritage humain de plus de 40 000 ans et de milliers de géo-sites. Le nouveau code des collectivités territoriales (avril 2018) et le grand chantier de décentralisation qui en découle permettraient aux collectivités territoriales d’élaborer en toute indépendance ou en collaboration avec leurs partenaires publics et privés, un développement touristique inclusif et durable pour leurs territoires basé sur les richesses naturelles, culturelles ou autres.

Le colloque s’est fixé pour objectif d’offrir aux différents intervenants une aire de réflexion sur les concepts, les moyens de mise en œuvre et les méthodes engageant le tourisme dans le développement du territoire. Il constitue une réelle opportunité pour enrichir les approches en matière de développement touristique et devra permettre de confronter les expériences issues de différents terrains aux plans nationaux et internationaux. C’est une opportunité pour les chercheurs d’effectuer des comparaisons avec des destinations canadiennes, françaises, marocaines et autres qui ont réussi à s’imposer comme « des territoires de marque » sur le marché touristique international.

Ce colloque intervient à un moment où la plupart des destinations touristiques sont confrontées à de nombreuses incertitudes tant structurelles que conjoncturelles. Il s’interroge, notamment, sur les moyens qui permettent de changer l’image perçue et vécue en une image voulue. A cet effet, ce colloque abordera plusieurs questions : comment construire l’image d’un territoire ayant un potentiel touristique pour en faire une destination ? Quels sont les enjeux de gouvernance qui conditionnent le devenir des territoires touristiques ? Comment s’articulent les interactions entre les décideurs politiques et les acteurs dans les destinations touristiques ? Quel est le rôle du marketing territorial dans la préservation du patrimoine ? Quelles stratégies communicationnelles faut-il adopter ? Quel est l’impact de la gouvernance sur la maîtrise de l’image de la destination touristique (ville ou territoire) ? Quelle est la place des nouvelles technologies dans la promotion touristique ? Quelle gouvernance pour la maîtrise des flux touristiques ? Comment la résilience organisationnelle peut-elle contribuer à relancer une destination après une crise majeure ?

 

Source : https://lapresse.tn/123929/evenement-5e-edition-du-colloque-international-sur-le-tourisme-dans-le-monde-arabe-changer-limage-percue-et-vecue-en-une-image-voulue/

Slim Oueslati

Slim Oueslati

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page